Précédent    Suivant

Avertissement –  Edition de 1972

Le catalogue complet de l’œuvre de Fernand Léger reste à faire et notre propos n’était pas de l’établir pour les dessins et gouaches ; ceux que nous avons sélectionnés parmi une production particulièrement riche ont donc été choisis surtout pour leur caractère représentatif des diverses périodes de l’activité artistique de Léger. Rien n’a été retenu de l’œuvre gravé. Les illustrations de livres et les travaux décoratifs ne sont évoqués ici que par quelques exemples.

 

Afin d’éclairer le processus de création de Léger il nous a paru intéressant de rapprocher d’un certain nombre de dessins et de gouaches les tableaux qui en sont l’aboutissement. Figurant en petit format dans les légendes ils ne doivent être considérés que comme des exemples entre d’autres possibles.

 

La reprise de certains thèmes à des années d’intervalle a rendu parfois difficile le déroulement de notre présentation. L’ordre chronologique a été respecté le plus scrupuleusement possible en fonction des dates que portent les œuvres. Léger ayant eu l’habitude de dater certaines de ses œuvres du jour où il les offrait à ses amis, les dates d’exécution probables ont été rétablies.

 

Du point de vue technique, à très peu d’exceptions près, les œuvres retenues sont des dessins à l’encre, au crayon ou à la gouache supportés par un papier blanc ou de couleur. Une précision s’impose à cet égard. Les familiers de Fernand Léger assurent qu’il ne recourut jamais à l’aquarelle même dans les cas où les caractéristiques de ce procédé sont réunies. Suivant en cela l’avis de M. Lefebvre-Foinet, il nous a paru que la distinction entre gouache et aquarelle, que permettrait une analyse chimique des pigments, n’est que d’intérêt faible dans la mesure où une gouache très diluée ne permet, pas plus que l’aquarelle, les « repentirs ».

 

Nous tenons à remercier avec une reconnaissance toute particulière les musées et institutions et les nombreuses personnes, dont certaines ont préféré garder l’anonymat, qui ont bien voulu nous aider à réaliser cet ouvrage en nous autorisant à reproduire les œuvres leur appartenant et en nous communiquant des informations. Le concours de Bertrand Marret pour l’analyse des œuvres nous a été précieux.