Aller plus loin dans l’œuvre de Fernand Léger

avec une liste non exhaustive d’expositions dans le monde

 

Pour connaître Fernand Léger

 
Eléments biographiques : 

 
 

1881 Naissance le 4 février à Argentan de Fernand Léger, fils de Henri-Armand Léger, éleveur de bestiaux, et de Marie-Adèle Daunou.
1897 Après des études au collège d’Argentan puis à Tinchebray, Fernand Léger, qui a perdu son père, est mis en apprentissage chez un architecte de Caen.
1900 Il quitte Caen pour Paris où il travaille comme dessinateur chez un autre architecte.
1902 Service militaire à Versailles.
1903 Entre à l’École des Arts décoratifs. Refusé aux Beaux-Arts, il y suit, comme élève libre, les cours de Gérome et de Ferrier.
1904 Partage l’atelier du peintre André Mare.
1905 Peint ses premières œuvres. A détruit ultérieurement beaucoup des tableaux exécutés entre 1905 et 1910 et n’a conservé que les dessins.
1906 Malade, passe l’hiver en Corse. Peint des paysages de Corse
1907 Fortement influencé par la rétrospective Cézanne au Salon d’Automne.
1908 S’installe à la Ruche. Y rencontre Archipenko, Chagall, Delaunay, Laurens, Lipchitz, Soutine ainsi qu’Apollinaire, Blaise Cendrars, Max Jacob et Reverdy.
1909 Fait la connaissance d’Henri Rousseau.
1910 Kahnweiler lui ouvre sa galerie où exposent Braque et Picasso. Léger y voit leurs tableaux. Participe chez Jacques Villon aux réunions qui aboutiront à la formation du groupe « La Section d’Or ». Expose un dessin au Salon d’Automne.
1911 Expose au Salon des Indépendants sa toile Les nus dans la forêt qui fait scandale. Y expose aussi deux dessins.
1912 Expose La femme en bleu au Salon d’Automne.
1913 Établit son atelier 86, rue Notre-Dame-des-Champs. Signe un contrat d’exclusivité avec D.H. Kahnweiler. Ce contrat stipule : « Monsieur Kahnweiler s’engage à acheter tout ce que Monsieur Léger produira de tableaux à l’huile ainsi qu’au moins 30 dessins rehaussés et 20 dessins au trait. » Des dessins constituent sa participation à une exposition cubiste à Barcelone.
1914 Conférence sur « Réalisations picturales actuelles » à l’Académie Wassiliev à Berlin. Mobilisé dès le 2 août. (Fera au front, pendant toute la guerre, de nombreux croquis.)
1915 Son unité est transférée à Verdun.
1916 Peint pendant une permission Le soldat à la pipe.
1917 Après avoir été gazé sur le front de Verdun est hospitalisé à l’hôpital de Villepinte. Peint  La partie de cartes. Fondation en Hollande de la revue de Stijl.
1918 Illustre J’ai tué de Blaise Cendrars.
1919 Peint La ville. Épouse Jeanne Lohy. Illustre La fin du monde filmée par l’ange Notre-Dame de Blaise Cendrars. Fait un voyage en Suède. Léonce Rosenberg devient son marchand.
1920 Rencontre avec Le Corbusier. Fondation de l’Esprit nouveau. Illustre Di Chaplianade d’Ivan Goll.
1921 Illustre Lunes en papier d’André Malraux. Est chargé de concevoir le rideau, les décors et les costumes du ballet suédois Skating Rink de Rolf de Maré sur une musique d’Arthur Honegger. Peint Le grand déjeuner.
1923 Conçoit les décors et costumes de La création du monde, musique de Darius Milhaud, livret de Blaise Cendrars. Participe à la réalisation des décors et des costumes du film L’inhumaine de Marcel L’Herbier. Illustre Le nouvel Orphée d’Ivan Goll. Publie L’esthétique de la machine dans Der Querschnitt à Berlin.
1924 Peint La lecture. Ouvre un atelier libre avec Ozenfant. Conçoit et réalise Le ballet mécanique, « premier film sans scénario » (photographies de Man Ray et Dudley Murphy, musique de Georges Antheil). Voyage en Italie avec Léonce Rosenberg. Au retour, visite à Vienne l’exposition de théâtre moderne organisée par Friedrich Kiesler à laquelle il participait (dessins pour les décors et les costumes de la Création du Monde et Skating Rink).
1925 A l’exposition des Arts décoratifs présente des peintures murales dans le pavillon de « l’Esprit nouveau » et est chargé par Mallet-Stevens de décorer avec Delaunay le hall d’entrée du pavillon d’une ambassade française. Publie dans le numéro 12 de L’Effort moderne un article sur les bals populaires.
1929 Enseigne à l’Académie moderne avec Ozenfant.
1930 Peint La Joconde aux clés.
1931 Effectue son premier voyage aux États-Unis.
1932………… Enseigne à la Grande Chaumière.…………………………………………………………………………………………
1933 Se rend à Zurich à l’occasion de son exposition au Kunsthaus.
1934 Séjourne à Antibes chez M. et Mme Murphy. Dessine des marionnettes pour Jacques Chesnais.
1935………… A l’exposition internationale de Bruxelles décore une salle de culture physique.…………………………….
1936 Participe aux débats sur la Querelle du réalisme à la Maison de la Culture avec Aragon et Le Corbusier.
1937 Exécute une peinture murale Le transport des forces pour le Palais de la Découverte et réalise les décors pour le ballet David triomphant de Serge Lifar (musique de Riéti).
1938 Décore l’appartement de Nelson A. Rockefeller Jr. à New York.
1939 Achève La composition aux deux perroquets à laquelle il travaillait depuis trois ans.
1940………… Octobre. S’embarque à Marseille pour les États-Unis. Est chargé de cours à l’Université Yale.…………..
1941 Professe en Californie au Mills College.
1944 Peint Les trois musiciens.
1945………… Décembre. Retour en France. Adhère au Parti Communiste Français.………………………………………….
1948 Illustrations dans Coordonnées de Guillevic..
1948-49 Peint Les loisirs, hommage à Louis David.
1949 Achève la mosaïque dont l’avait chargé le R. P. Couturier pour l’église d’Assy. Illustrations pour les Illuminations de Rimbaud. Premières céramiques réalisées à Biot (Alpes-Maritimes).
1950 Mort de Jeanne Léger. Texte et illustrations pour Le cirque (Tériade éditeur, Paris). Décors et costumes pour Bolivar (musique de Darius Milhaud) pour l’Opéra de Paris.
1950-51 Peint un ensemble de toiles sur le thème des Constructeurs.
1951 Vitraux pour l’église d’Audincourt.
1952 Épouse Nadia Khodossevitch, son assistante à son atelier et son élève depuis 1924. Panneau mural pour la grande salle de l’O.N.U. à New York (Harrison, architecte). Achète « Le Gros Tilleul » à Gif-sur-Yvette et s’y installe.
1954 Achève La grande parade sa dernière grande composition.
1955 Grand prix de la Biennale de São Paulo. Meurt à Gif-sur-Yvette le 17 août.
1959 Publication à Paris, au Vent d’Arles de 13 aquarelles, gouaches, lavis, crayons (avec une préface d’Aragon) et chez Tériade de La ville.
1960 Publication à Paris (Editeurs français réunis) de Mes voyages (poèmes d’Aragon, lithographies de Léger). Inauguration à Biot (Alpes-Maritimes) du Musée Fernand Léger fondé par Mme Nadia Léger et M. Georges Bauquier.

 

 

 

Principales expositions :

 

 

Des dessins et des gouaches de Fernand Léger ont figuré dans de nombreuses expositions. Seules les expositions uniquement consacrées à Fernand Léger ont été ici retenues.

 

 

Principales expositions de dessins et de gouaches :

 

1941 (4-15 mars) New York, Marie Harriman Gallery.

1942 (12-31 octobre) New York, Buchholz Gallery.

1956 (8 mars-24 mars) Athènes, Institut français.

1958 (19 février-22 mars) Paris, Galerie Louise Leiris.

1963 (1er octobre-10 novembre) Zagreb, Galerie d’Art contemporain.

1966 (17 février-19 mars) Paris, Galerie Bongers.

1968 (12 novembre-7 décembre) New York, Saidenberg Gallery.

1969 (6 mai-15 juin) Munich, Galerie Günther Franke.

1970 (décembre) Paris, Galerie Claude Bernard.

 

 

Principales expositions Léger dans lesquelles ont figuré des dessins :

 

1933 (30 avril-25 mai) Zurich, Kunsthaus.

1935 (30 septembre-24 octobre) New York, The Museum of Modem Art.

1950 (17 février-19 mars) Londres, Tate Gallery.

1951 (12 juin-7 octobre) Paris, Maison de la Pensée française (Les Constructeurs).

1952 (10 avril-25 mai) Berne, Kunsthalle. (6 juin-10 juillet) Paris, Galerie Louis Carré (La Figure dans l’œuvre de Léger).

1953 Chicago, San Francisco, New York.

1955 (février) Leverkusen, Städtisches Museum. Lyon, Musée des Beaux-Arts.

1956 (juin-octobre) Paris, Musée des Arts décoratifs. (octobre-novembre) Bruxelles, Palais des Beaux-Arts. (11 décembre au 28 janvier 1957) Amsterdam, Stedelijk Museum (Les Constructeurs).

1957 (mars-mai) Munich, Haus der Kunst. (22 mai-23 juin) Bâle, Kunsthalle. (6 juillet-17 août) Zurich, Kunsthaus. (septembre-octobre) Dortmund, Museum am Ostwall.

1962 Paris, Galerie Berggruen (Contrastes de formes, 1912-1915). New York, The Solomon K. Guggenheim Museum (cinq thèmes et variations).

1963 Moscou, Musée Pouchkine.

(23 octobre-24 novembre) Stockholm, Moderna Museet.

1966 (février-avril) Brème, Michael Hertz. (juin-août) Marseille, Musée Cantini. (juin-septembre) Colmar, Musée d’Unterlinden. (novembre-décembre) Chicago, International Galleries.

1967 (avril-mai) Tel-Aviv, Musée. (19 juin-10 septembre) Baden-Baden, Staaliche Kunsthalle.

1968 (26 avril-9 juin) Vienne, Museum des 20. Jahrhunderts. (12 octobre-2 décembre) Le Havre, Nouveau Musée.

1969 (16 décembre-8 février 1970) Düsseldorf, Städtische Kunsthalle.

1970 Montréal, Musée d’Art contemporain, Québec, Musée.

1971 Varsovie, Cracovie, Poznan, Lodz. (octobre-janvier 1972) Paris, Grand Palais. (décembre) Paris, Espace Cardin (Léger et le théâtre).

 

Cette liste est issue de l’édition de 1972, nous la complétons peu à peu.

Aller plus loin dans l’œuvre de Fernand Léger

avec une liste non exhaustive d’expositions dans le monde